Concerts et conférences

Des concerts ont lieu régulièrement dans notre église.
De septembre à juin nous vous proposons l’Heure d’orgue de Notre-Dame de Grâce, le premier dimanche du mois. Ces concerts sont donnés soit par le titulaire ou par des organistes invités. Pendant l’Avent et le Carême nous organisons des concerts de chants et de musique de chambre.
À l’occasion du 350e anniversaire de naissance de François Couperin, le claveciniste Denis Bonenfant a présenté aux mélomanes l’intégrale des pièces pour clavecin de l’illustre maître versaillais.

De plus, lors des Journées de la culture, la paroisse présente tout un éventail d’activités :  récitals de piano ou d’orgue, extraits de grands airs d’opéra, conférences et expositions.


Patrimoine et culture

  • Église NDG

    Notre église

    Construite entre 1851 et 1853 sur les plans de John Ostell, l’église Notre-Dame-de-Grâce est un joyau architectural et un repère indéniable au cœur du quartier. Son style jésuite rappelle celui de la première église Notre-Dame à Montréal. Le Grand Séminaire et l’édifice des Douanes de la Place-Royale sont aussi l’œuvre du même architecte.

    Lors de rénovations importantes en 1927, le très respecté Joseph-Omer Marchand augmente encore l’impression de stabilité de l’église en juxtaposant une chapelle dédiée à Saint-Victor, un baptistère et un élégant campanile doté d’un carillon à cinq cloches. Ces ajouts achèvent la composition d’un ensemble architectural unique à Montréal.
    Un cimetière sous l'église

    voir la photo (Église Notre-Dame-de-Grâce circa 1867) en plus grand

  • Vitraux

    À cette époque les vitraux furent ajoutés par le célèbre Guido Nincheri  et l’artiste français Guillaume-Ernest Pellus. L’église a subi dans les années 1960 sa dernière transformation dans une recherche de simplicité des lieux de culte en vogue à cette époque.

    Depuis 2008, grâce au Conseil du patrimoine religieux du Québec et de généreux donateurs, l’église a pu être restaurée afin de conserver sa pérennité et sa présence au sein d’une communauté toujours en effervescence.

    voir le vitrail (couronnement de marie) en plus grand

  • Orgue Casavant NDG

    Notre orgue

    Le premier orgue de notre église fut inauguré dès 1853. En 1898, il fut décidé d'acheter un nouvel orgue dont le coût de 2 500 $ fut entièrement défrayé par des souscriptions volontaires des paroissiens. Cet orgue, de facture ancienne et à soufflerie manuelle, devint vite désuet.

    En 1915, un bel orgue Casavant – Opus 630/2544 - fut commandé. Cet instrument, très moderne à l'époque, fut reconditionné et perfectionné en 1959 sous les directives de Paul Doyon qui fut titulaire des orgues de 1922 jusqu'à son décès en 1986. L’orgue possède 3 claviers manuels et pédalier, 42 jeux et une traction électro-pneumatique.

  • Denis Bonenfant

    Organiste

    Claveciniste et organiste, Denis Bonenfant est organiste titulaire à la paroisse Notre-Dame de Grâce depuis 2013.
    M. Bonenfant détient une maîtrise en interprétation de l’Université de Montréal. Il a étudié auprès de maîtres réputés tels que Mireille Lagacé,  au Conservatoire de Musique de Montréal, et Réjean Poirier,  à l’Université de Montréal. Il est aussi détenteur d’un diplôme d’études supérieures spécialisé en gestion d’organismes culturels de HEC Montréal.

    Spécialiste de la musique française d’orgue et de clavecin des 17e et 18e siècles, M. Bonenfant est reconnu pour la beauté de son toucher et sa grande sensibilité. Il s’est produit dans les grandes églises de Montréal et des environs et a participé à de nombreux festivals de musique dont de nombreuses éditions du Festival Orgue et couleurs.

    De 2009 à 2014, M. Bonenfant a été président des Amis de l’orgue de Montréal et membre du conseil d’administration de la Fédération québécoise des Amis de l’orgue.

  • TabernacleUn cimetière sous l’église

    En 1853, durant la construction de l’église, 72 paroissiens avaient signé une requête pour obtenir la permission d’inhumer sous l’église, permission qui leur fut accordée par la Fabrique de Notre-Dame l’année suivante. C’est ainsi que, de 1855 à 1910, plus de 300 personnes ont été enterrées dans le sous-sol de l’église, dont de nombreux membres des familles pionnières de Notre-Dame-de-Grâce. M. Jacques Viger, premier maire de Montréal, fondateur de la Société historique de Montréal et premier président de la société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, y fut inhumé le 15 décembre 1858.
    Au début des années 1950, le sanctuaire Saint-Vincent-Ferrier fut aménagé dans le sous-sol. Tous les ossements furent alors recueillis, puis déposés dans une fosse commune au-dessus de laquelle un petit monument commémoratif fut érigé dans le transept du sanctuaire. Ce monument existe toujours et l’inscription qui y figure a été reproduite sur la plaque située à droite du chœur. Un grand tableau où sont inscrits tous les noms des personnes enterrées dans ce cimetière a été encadré et placé dans la chapelle Saint-Dominique.